Mais que fait la police?

Depuis 2 jours à l’Agence j’ai levé le pied parce que je me suis trouvé une nouvelle passion: les jeux de mots.

Quoi de plus sympa en effet que de détourner le banal pour en faire du drôle ? Si j’avais découvert ça plus tôt je serais peut être même devenu rédac, enfin pas n’importe lequel: ce rédac là.

C’est la dernière campagne de Proximity BBDO Paris pour FontShop qui m’a permis de découvrir cette facette de moi-même. En tant que revendeur de typos, FontShop avait en effet une problématique bien précise: donner envie à son public cible (composé de créatifs, de graphistes et d’artistes) d’encore un peu plus flâner dans son pléthorique catalogue de plus de 150,000 polices de caractères.

L’idée pour y parvenir: Rendre amusant ce qui caractérise les typos tout en étant aussi leur attribut le plus banal: leur nom.

C’est ainsi qu’est née la campagne « Font Me I’m Famous » tout d’abord diffusée dans différents magazines internationaux sous forme d’énigmes fondées sur l’homonymie entre certaines personnalités et de non moins fameuses typos.

 

 

 

 

 

.

Et cette campagne fût pour moi une véritable révélation: « nom d’une pipe on peut faire plein de choses avec un nom de police! »

Moi aussi j’eus ainsi envie d’y aller de ma petite participation (et ça tombe bien ils avaient fait un site exprès) car Dieu sait que j’en connaissais plus d’une de typo avec un fort potentiel de déconne. D’ailleurs hormis Helvetica, Verdana et Script y’a vraiment de quoi faire:

 

 

 

 

 

 

Fort de cette expérience, j’invite donc tous les Jean Roucas en goguette et les Raymond Devos en devenir à se ruer sur FontMeImFamous.com afin de se confronter à ce que le Monde sait faire de mieux comme jeux-de-mots-appliqués-aux-typos.

En revanche si maintenant même choisir une typo devient amusant je vais définitivement avoir du mal à pondre mes 400 slides hebdomadaires

(je vais peut être reprendre 1 ou 2 stagiaires du coup…)