Le temps passe partout

L’autre jour à l’Agence, en fouinant dans nos vieux agendas cornés nous nous* sommes rendus compte que cela faisait bientôt 3 ans que nous entretenions plus ou moins consciencieusement ce blog.

Tout ceci me semble pourtant si lointain, je crois même entrevoir l’époque où, chanceux que nous étions, Philippe Michel, David Ogilvy et Bill Bernbach étaient encore de ce Monde.

Ces douces années où les agences de publicité était encore largement bénéficiaires et où les agences digitales (ou plutôt « interactives » comme on disait) ne faisaient encore que des « sites Internet« .

Mais 3 ans ce n’est peut être pas si loin finalement, je m’emporte, je dévie, je divague, la faute à toutes ces marques qui mettent en branle tous mes repères temporels :

  • Thalys (Havas City) et la MAAF (Aubert Storch) qui rivalisent d’ingéniosité pour redonner vie à Palace et faire pâlir de jalousie Jean-Paul Goude.

Je vogue d’époques en époques et d’instants en temporalités… et je ne pipe plus grand chose.

Je rêve ainsi d’un coup de frein, d’une prise de contrôle, d’une maitrise du temps retrouvée: un peu comme dans la dernière initiative Carte Noire (Proximity BBDO) , faisant écho au « temps de vivre plus fort«  illustrée en TV par BETC.

De quoi nous donner l’envie à tous de le prendre ce temps plutôt que de le laisser filer…(bravo, vous venez de lire la phrase la plus poétique et la plus emprunte de sens jamais postée sur ce blog en presque 3 ans).

* quand je dis « nous » sur ce blog c’est uniquement pour me donner de la contenance, cela fait déjà bien longtemps que les rats ont quitté le navire et que je suis seul à la barre.