Cannes Lions 2011: sans se presser

Parce qu’il s’agit de la catégorie la plus désuète et la moins en phase avec ma conception de la créativité, j’ai décidé de passer en revue les chances françaises en Press.

Il n’est en effet jamais recommandé de se couper d’un pan entier de notre métier, j’ai donc choisi cette année de me faire violence en m’avalant une pleine plâtrée d’annonces presse.

Premier constat: comme à l’accoutumée dans cette catégorie, Turquie, Inde, Thaïlande et Brésil sont très bien représentés. En revanche depuis l’avènement des premières règles « anti-ghost » les agences françaises ne sont plus vraiment légions.

On notera tout de même quelques filouteries (Ghost Alert!) signées Marcel Paris avec des campagnes Rowenta, Editions Point et « Label Baby » (?), présentes dans la Shortlist mais étonnamment passées inaperçues (je ne demande bien sûr qu’à être contredit: si vous les avez sous le coude n’hésitez pas à nous les envoyer).

Donc peu de surprises côté chances hexagonales:

Le tenant du titre (Grand Prix en 2009, Gold en 2010 et Silver en 2011 ? ), duo de choc Fred &Farid + Wrangler est encore de la partie avec ses « stunts« :

Et comme chaque année, Young & Rubicam s’est fendu d’une campagne Surfrider Foundation :

Un cru plutôt morose donc, avec aussi CLM BBDO et ses Celebrations, Publicis Conseil avec Sooruz et un sempiternel BETC EuroRSCG pour Canal Plus :

Quand je vous disais que le Print avait pris un sacré coup dans le casque, je n’ai même plus le courage de me coltiner l’Outdoor

To be continued.