Sur le moment c’était drôle

Ce que nous étions en train de nous dire à l’Agence (enfin Samantha notre stagiaire pour être précis) , c’est qu’avant Youtube, il y avait un paquet de trucs drôles qu’on arrivait hélas jamais à partager ni même à décrire à nos amis…

Si on s’avance un peu, on peut même affirmer que le partage de vidéos a libéré l’humour un peu comme l’invention de l’imprimerie a libéré la création littéraire…(je m’emporte…).

Le fait est que depuis Youtube, l’inattendu n’est plus drôle uniquement pour ceux qui y assistent mais aussi pour tous ceux qui ont une connexion internet (et ça fait une belle différence!). Grâce à cela plus aucun bébé qui trébuche ou aucun chien qui danse ne passe entre les mailles du filet,… l’humour est enfin démocratique et mondialisé. Alléluia !

Mais encore faut-il des vidéastes amateurs pour capturer ces images sans quoi nous laisserions à nouveau place à l’interprétation, la retranscription, le « mais je t’assure que sur le moment c’était drôle« ,…, la tristesse de ne même pas pouvoir esquisser un quelconque sourire de circonstance quand votre ami vous raconte son hilarante rencontre avec le fils du voisin qui imite Luke Skywalker à la perfection…gênant.

Un bel insight donc, sur lequel l’agence américaine 180 L.A a eu la judicieuse idée de construire sa campagne pour le Sony Bloggie il y a quelques mois de cela:

Le résultat: une magnifique expression de l’apport à l’humour des pocket-cam et des plateformes de partage vidéo (d’autres films à découvrir ici, ici et ici).

« Dieu soit loué, grâce à Youtube, tous les matins à l’Agence je rirai« 

.