Aucun client n’est parfait

Si parfois les marques avouent tant bien que mal qu’elles sont loin d’être parfaites (le ‘votre banque vous doit des comptes‘ du Crédit Lyonnais + DevarrieuxVillaret fête d’ailleurs ses 15 ans), il apparait toujours aussi difficile pour les annonceurs d’admettre que parfois leurs clients sont eux aussi loin d’être biens sous tous rapports.

Rien n’y fait, aucune marque ne peut se vanter de n’avoir que les clients dont elle rêve:

  • Certains clients veulent un Mac pour faire du traitement de texte.
  • Certains clients achètent une voiture de sport pour conduire en ville.
  • Certains clients ne saisissent pas  le ‘saut de géant‘ qui a été fait entre la version 2.1 et 2.2 du téléviseur qu’ils ont achetés.
  • Certains clients se résignent à ne pas utiliser 100% des fonctionnalités des appareils qu’ils possèdent (comme notamment le déclenchement à distance de leur grille-pain via bluetooth).

En effet, certains clients en ont parfois marre d’être traités comme des experts, des connaisseurs ou bien des bricoleurs de génie. Aucune marque ne devrait refuser d’admettre que bon nombre de ses clients sont parfois un peu flemmards et ne s’intéressent qu’à moitié aux produits qu’elle fabrique, ni se retenir de leur offrir le coup de main dont ils ont besoin par peur de vexer ceux qui se débrouillent tout seuls.

La dernière campagne Saint-Maclou (hélas passée étrangement inaperçue faute d’un plan média adéquat) avait fait cet effort, et au prix d’une réalisation soignée nous avait offert 2 spots illustrant parfaitement le désarroi que peut représenter le fait d’être traité comme le client que l’on n’est pas:

Une bonne occasion de mettre en lumière ce travail réalisé selon toute vraisemblance par DDB Paris (n’hésitez pas à me corriger si je me trompe) prouvant qu’il est possible d’inonder les ondes de spots radio criards (sic ‘Saint Maclou…évidement) tout en s’autorisant parfois un peu d’audace et de pertinence.