Contresens et Pop Anglaise

Les agences de pub hexagonales sont-elles définitivement convaincues qu’aucun français ne comprend l’anglais?  Sinon pourquoi se retrouve-t-on toujours avec des campagnes musicalement illustrées sans la moindre logique?

J’ose tout juste me souvenir des campagnes Alice d’il y a quelques années. Que dire d’une marque qui a construit son identité sonore autour d’une chanson (KT Tunstall – Black Horse & The Cherry Tree) qui avait pour caractéristique principale la répétition frénétique de No, No, No’ et la conclusion de chacun de ses refrains par ‘You’re not the one for me.

Un bel exemple d’assassinat subliminal de l’annonceur dans l’esprit de tous les consommateurs qui ont des notions d’anglais… (oui je sais je pinaille !)

Dernier exemple en date, la campagne Kinder Bueno présentant un Jo-Wilfried Tsonga aux mains avec une ménagère récalcitrante. Un sérieux effort avait pourtant été consenti, puisque sur les conseils de BETC, Ferrero s’était offert du Lily Allen pour conclure ses spots:

Mais c’est hélas un autre ‘tracklist fail’ soufflé par une agence pour qui seule la mélodie catchy n’a compté (omettant ainsi sciemment de tenir compte des paroles noires et crues qui ont pourtant fait le succès de ce morceau…). D’ailleurs quoi de mieux pour soutenir un packshot que quelques lignes de: ‘sa vie est foutue et elle ne peut plus rien y faire‘ ?

It’s sad but it’s true how society says her life is already over
There’s nothing to do and there’s nothing to say

Tout pour nous donner envie de gober un Kinder avant d’ouvrir le gaz…

La fameuse campagne Soesman de 1998 résume parfaitement ce que certaines agences pensent hélas toujours des consommateurs français ( à revoir ici ).

Mise à jour: Fouapa m’a aussi signalé un ‘Everybody’s gonna die‘ pas très heureux sur cette campagne Sofinco.