L'art et la manière de toujours faire comme les autres

Je sais bien que je m’en prends un peu trop souvent à la concurrence et que je n’œuvre pas assez pour le développement de L’Agence (je n’ai en effet toujours pas posté la strat que nous avons pondu pour notre dernier client), et je m’en excuse.

Mais comment ne pas sortir de ma réserve quand certaines entreprises françaises et leurs agences s’acharnent à faire de mon quotidien un enfer en me servant des campagnes d’une veulerie injustifiable.  (ne tournons pas autour du pot, l’entreprise c’est La Poste et l’agence BETC Euro RSCG).

J’en pleure, je n’arrive plus à en rire et j’en pleure.

Comment de tels budgets peuvent-ils être à ce point gaspillés? Comment la fine fleur du marketing français peut-elle prendre de telles directions sans sourciller ? Comment des créatifs de génie peuvent-ils accepter de travailler sur de tels projets.

Le sujet de la discorde: la dernière campagne pour La Poste, autour de la signature « La confiance donne de l’avance » et la cinglante tagline  « La Poste, une histoire racontée par 64 millions de personnes »

Comment notre communication corporate a-t-elle pu devenir aussi mielleuse? Fût un temps nous pouvions regarder les plages de pub suintant le politiquement-correct de CNN et CNBC d’un air moqueur, mais hélas aujourd’hui, nous ne faisons pas mieux et nous faisons même parfois pire que ces campagnes pour les hotels Sheraton, Qatar Airways ou l’office du tourisme de l’Albanie.

Alors bien sûr La Poste est là pour fédérer les aspirations des français, tout comme Orange a pour objectif (ou plutôt voeu pieux) de rendre le Monde plus accessible. Mais pourquoi se sentent-ils ainsi obligés de nous démontrer cela en mettant en scène des foules peu crédibles, où hommes, femmes, jeunes, vieux, noirs, blancs, partagent des instants uniques et universels, autour de jeux puérils et naïfs (faire une blague à des astronautes pour Orange, et lire une carte postale à l’unisson pour La Poste).

Orange Planet

Je n’ai même plus la force de défendre les vertus de la prise de risque et du positionnement différenciant des discours institutionnels et corporate. Mais je tiens juste à rappeler à tous nos amis créateurs de campagnes autant coûteuses (pas évident de recruter tous ces figurants) que génériquement inefficaces, que ce sont aussi eux qui ont réussi à dépasser ce carcan de naïveté pour emmener certains de leurs clients vers des campagnes qui jouent vraiment leur rôle de dynamiseur d’image au travers de vraies déclarations d’amour de la marque envers ses clients (cf. BETC Euro RSCG pour McDonald’s)

Mc Donald Venez Comme vous etes

C’est dit.